13.12.2019

Google veut réinventer les robots

R2D2 de «Star Wars» et Data de «Star » peuvent bien gagner le cœur des téléspectateurs – en réalité, les robots sont loin de ces visions écraniques. La grande majorité des robots utilisés aujourd’hui sont des machines coûteuses et hautement spécialisées. En règle générale, ils travaillent dans des salles de montage, sont installés en permanence et n’ont qu’un seul seul bras. La société X, le département de recherche de la société mère de Google, Alphabet, veut toutefois changer cela aujourd’hui: la société vient en effet d’introduire les «robots de tous les jours». Si l’on s’en tient aux déclarations de Google, ces robots partageront bientôt notre quotidien.

Les projets de la société X se sont déjà intéressés, par le passé, aux voitures autonomes, aux lunettes d’écran Google Glass ou aux lentilles de contact surveillant la glycémie. L’enfant le plus récent du laboratoire s’appelle «Robot au quotidien». X écrit sur le blog de son site que les robots sont aujourd’hui au même niveau de développement que l’ordinateur dans les années 1960 et 1970. A cette époque, l’ordinateur personnel paraissait encore un lointain fantasme. Les ordinateurs étaient des appareils coûteux et hautement spécialisés, faisant la taille d’un réfrigérateur familial (américain) qui devaient être manipulés et entretenus par des ingénieurs tout aussi coûteux.

 

Le robot de tous les jours doit être capable de se déplacer de manière autonome dans un environnement quotidien. Image: X

La puissance de traitement considérablement améliorée des microprocesseurs et de nouvelles façon de concevoir le fonctionnement d’un ordinateur ont, on le sait, complètement changé la situation dans les années 80. «Je pense que nous sommes au seuil d’un développement similaire en robotique», écrit à cet effet Hans Peter Brøndmo, chef de l’équipe Everyday Robots chez Google X. L’importance que la miniaturisation et l’interface utilisateur graphique avaient pour l’ordinateur personnel, l’apprentissage automatique et une technologie de capteurs de plus en plus sophistiquée sont utilisés dans le développement de nouveaux robots.

Aujourd’hui, il existe des aspirateurs ou des tondeuses à gazon robotisées. Cependant, ces appareils ne fonctionnent que sous certaines conditions, ce dans des environnements définis avec précision. Et, le plus souvent, ils ne peuvent effectuer qu’une seule tâche à la fois. Le robot de tous les jours en veut plus: ce devrait être une machine capable d’effectuer des tâches très différentes dans les pièces chaotiques et non structurées de la vie quotidienne. Le but de ce développement est de créer appareil qui peut être utilisé aussi universellement et naturellement dans le monde physique qu’un ordinateur personnel dans le monde virtuel.

Le robot de Google peut séparer les ordures correctement. Il devrait pouvoir transférer l’apprentissage qu’il a appris à d’autres tâches.

Contrairement aux tondeuses à gazon robotisées, qui utilisent un ensemble de règles préprogrammées, le robot de tous les jours n’est pas censé fonctionner à partir d’un programme prédéfini. « Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il faut apprendre aux machines à apprendre à effectuer des tâches utiles; vous ne pouvez pas les programmer », explique Brøndmo. En collaboration avec les équipes d’intelligence artificielle de Google, les développeurs ont donc exploré comment éduquer les robots. Ils ont par exemple appris aux robots à apprendre des gens, les uns des autres et à tester de nouvelles façons à l’aide de simulations. Les robots peuvent désormais se consacrer à des tâches en dehors du laboratoire comme par exemple séparer les déchets. Rassurez-vous: Brøndmo ne s’intéresse pas au tri des déchets, mais bien à la façon dont robots apprennent… à apprendre.

Contrairement aux robots mignons que les médias aiment montrer ou aux modèles de rôle de «Star Wars» et de «Startrek», les robots de tous les jours n’ont pas de forme humanoïde. Ils ont, comme les robots industriels, un bras avec une pince à préhension, mais ils ne sont pas fixes, se déplaçant librement sur roues dans l’espace. Pour l’instant, il s’agit toujours d’un projet de recherche; cela devrait prendre un certain temps avant que les robots puissent être achetés au supermarché. Cependant, Hans Peter Brøndmo est convaincu que son équipe a fait un grand pas en avant sur la voie du robot personnel.

Article écrit par Mathias Zehnder, publié le 25 novembre 2019, et adapté en français par Julien Gremaud



Publié par julien le 13.12.2019 08:25 dans Lire, Uncategorized


Keywords: [société]


Également